Quelle place pour le lait bio en réseau biologique selon les consommateurs bio ?

A travers une étude réalisée pendant l’été 2017, nous nous sommes intéressés aux pratiques et usages de près de 1000 consommateurs bio concernant le lait biologique. Nous les avons d’abord interrogés sur leurs habitudes de consommation puis sur leurs connaissance et appréciation des marques de lait bio afin de connaître leurs attentes quant au lait bio en réseau biologique…

Le lait bio : un produit du quotidien

Le lait biologique est un produit fréquemment consommé : 72 % des consommateurs sondés en avaient consommé dans l’année écoulée. Il est acheté de façon régulière ; au moins une fois par mois par 61 % des consommateurs sondés et au moins une fois par semaine par un tiers (32 %) des 31-40ans. Les enfants sont les plus grands consommateurs de lait biologique au petit déjeuner (45 %) tandis que les adultes préfèrent en consommer durant les repas, au domicile pendant les repas (92 %)

Un produit auquel le consommateur est fortement attaché

La qualité du lait bio est très importante pour la quasi-totalité des consommateurs (94 %) qui sont d’accord sur le fait qu’il faut faire très attention au produit qu’ils choisissent.

Plus d’informations sur notre site : http://www.biopanel.fr/ 

 

 

Quels modes de communication pour toucher les consommateurs de notre échantillon ?

société 2
Il était déjà en 2012 le premier mode de communication demandé par les consommateurs pour les toucher, il reste encore le même en 2015, j’ai nommé l’information « dans le magasin ». 71 % c’est le pourcentage de consommateurs qui optent pour ce mode de communication. Ce chiffre est en repli puisqu’il s’établissait à 75 % en 2012 (-4 %). Les produits et leurs emballages sont le deuxième vecteur de communication demandés par le consommateur à hauteur de 58 % en 2015 stable par rapport à 2012. Internet s’adjuge la troisième place du podium avec 47 % des avis (en hausse de 6 % par rapport à 2012). Les magazines et revues spécialisées échouent au pied du podium avec 45 % (également stable par rapport à 2015). Les émissions de TV et radio viennent ensuite avec 43 % (+3 % comparé à 2012). Les magazines et revues tout public récoltent 42 % des réponses, en baisse de 5 % depuis 2012. Les informations distribuées dans la boîte mail du consommateur viennent ensuite avec 32 %. Ce mode d’information connaît un net rebond de 8 % par rapport à 2012. Pour s’informer, les consommateurs n’ont pas l’air très enthousiastes à l’idée de le faire sur les réseaux sociaux, seulement 24 % des réponses, mais la progression est bonne puisqu’en 2012 ce mode d’information ne recueillait que 16 % de réponses. La presse quotidienne sur ce type d’information est en perte de vitesse avec -3 % par rapport à 2012 à 22 % . Et enfin la boîte aux lettres et le dernier mode en terme de classement avec 12 % en 2015 ce qui est stable par rapport à 2012.

Dépassement ou non du budget fixé :

no budget

À l’affirmation quand je fais les courses, je ne dépasse jamais le budget que je me suis fixé : pas du tout d’accord, plutôt pas d’accord, plutôt d’accord et tout à fait d’accord,  la balance penche plutôt du côté des personnes qui ne dépassent pas le budget fixé (60 % de « tout à fait d’accord » et « plutôt d’accord ») et ce malgré les efforts du point de vente dont l’objectif est de développer le panier moyen du consommateur en lui proposant à la vente des produits qu’il n’avait pas inscrit sur sa liste de courses. Les réponses à cette question sont plutôt cohérentes lorsqu’on les rapproche des résultats de la question  « est ce que vous vous fixez un budget avant de faire vos courses », 47 % répondaient ne pas se fixer de budget et par conséquent 53 % s’en fixaient un.

Quelles sont les principales raisons qui incitent nos panélistes à consommer bio ?

santé

Les propositions de réponses à cette question étaient multiples : la préservation de l’environnement, favoriser l’économie régionale ou locale, la saveur, le goût des produits alimentaires, la préservation de la santé, des motivations éthiques ou encore le bien être animal. Première raison et celle qui correspond à l’ADN du réseau biologique, sa raison d’être, le consommateur bio choisit le bio pour préserver sa santé à 93 %. C’était déjà la première raison de consommation en 2012 avec 88 % mais cette tendance s’est encore renforcée pour gagner les 93 %. Deuxième raison la préservation de l’environnement pour 87 % des répondants contre 84 % en 2012 (toujours la deuxième raison en 2012). Troisième raison qui connaît un bon spectaculaire entre 2012 et 2015 la saveur, le goût des produits
alimentaires. Cette raison était exæquo avec la raison « favoriser l’économie régionale ou locale » pour 66 % des réponses. La saveur, le goût des produits alimentaires passent sur la troisième marche du podium avec 74 % des suffrages soit un gain de 8 %. « Favoriser l’économie régionale ou locale » échoue en 2015 au pied du podium avec
cependant 65 % d’avis exprimés (à peu près stable par rapport à 2012). Cinquième position pour le bien-être animal qui gagne une place par rapport à 2012 et 14 % de réponses à 56 % (contre 42 % en 2012). Les motivations éthiques ferment la marche avec 51 % de réponses (+6 % Vs 2012).

Le consommateur et les étiquettes produits :

produit

Je regarde les étiquettes produit : régulièrement, systématiquement ? Le consommateur du réseau biologique est très formé et informé. Il sait décrypter une étiquette et il veille également à tous changements ou dérives sur les produits auxquels il accorde sa confiance. Pour preuve, ils sont 55 % à lire systématiquement ces informations et 36 % régulièrement. Les plus vigilants sont les 25/34 ans avec 64 % qui lisent  systématiquement. En terme de lieux d’habitation se sont les consommateurs habitant en zones rurales qui sont les plus vigilants sur le sujet avec 60 % qui lisent systématiquement. A noter que la lecture systématique des listes des ingrédients au global fait un bon spectaculaire entre 2012 et 2015 puisqu’elle progresse de 10 % passant ainsi de 45 % à 55 %. Il s’agit vraisemblablement d’un transfert entre les lecteurs réguliers et systématiques puisqu’ en 2012 ils étaient 46 % à avoir cette pratique et « plus » que 36 % en 2015.

Comment s’est comportée la consommation de nos consommateurs bio en 2015 ?

budget

Quand on interroge les consommateurs de notre échantillon à propos de leur consommation de produit bio sur la dernière année écoulée, ils nous répondent qu’elle s’est plutôt bien comportée. Leur consommation a été en augmentation pour 43 % d’entre eux et stable pour 54 %. Seul 2 % l’estiment en baisse. Toutes les tranches d’âges suivent cette tendance. À noter les habitants de communes de 2000 à 20000 habs estiment même pour 49 % d’entre eux une augmentation de leur consommation cette année. Ce chiffre est à rapprocher des bonnes performances économiques du réseau biologique dont le développement encore cette année se traduit par un taux de croissance à deux chiffres. En commune rurale, l’augmentation de la consommation va même jusqu’à 47 % et 49 % pour les villes de 20000 à 100000 habitants.

Le consommateur bio est-il satisfait de son magasin habituel ?

magasin bio

Nous avons interrogé nos panélistes sur la note de satisfaction qu’ils accorderaient au magasin bio qu’ils fréquentent le plus (1 : mécontent, 10 : très satisfait). Le consommateur bio de notre échantillon global est plutôt « très satisfait » de son magasin bio habituel puisqu’il lui attribue la note moyenne de 7,85 (moyenne pondérée effectuée sur les notes de 455 consommateurs). Le gros consommateur lui, en revanche, attribue une note de 8,2 (moyenne pondérée effectuée sur les notes de 218 consommateurs) à son magasin bio. Le travail du magasin paye donc puisque le consommateur renvoi une bonne image du magasin qu’il fréquente habituellement.

Internet, encore trop virtuel :

société

Lorsque l’on demande à nos consommateurs si Internet leur facilite les achats, la tendance va plutôt à une consommation en magasin car les réponses sont partagées avec l’avantage aux non partisans (55 %) et 45 % les partisans d’internet. Gageons ici que le consommateur a encore besoin d’une relation sensorielle avec les produits afin de valider certains de ses critères de choix. N’oublions pas que le réseau bio vend pour 80 % des produits alimentaires et que la première catégorie de ce réseau sont les fruits et légumes frais. Et il n’y a encore rien de mieux pour acheter une salade que de la voir, de la toucher, de la sentir pour se faire une idée de la fraîcheur de celle-ci.

La promotion, principale source de motivation des consommateurs bio ?

promotion

L’affirmation proposée était la suivante : Je choisis un magasin bio plutôt qu’un autre en fonction des offres commerciales ? :
Les promotions et offres commerciales ne sont pas les principales sources de motivation du consommateur bio. À cette affirmation 60 % de nos consommateurs se disent « plutôt pas d’accord » ou « pas du tout d’accord ». La raison du choix d’un magasin s’explique en partie par la proximité du magasin. Mais d’autres raisons guident aussi ce choix comme la qualité et le choix des produits disponibles par exemple.

Les magasins bio, un commerce de proximité ?

budget

91,5 % des 413 consommateurs ayant répondu aux questions de notre étude de juin 2015 disent choisir leur magasin bio en fonction de sa proximité. C’est plus pratique quand on fait ses courses plusieurs fois par semaine et qu’on habite en ville comme nous le confirme nos panélistes. Dans certaines grandes agglomérations, les habitants sont de plus en plus nombreux à ne plus posséder de voitures particulières. Leur périmètre de déplacement étant plus limité, ils se ravitaillent au plus près de chez eux.