Internet, encore trop virtuel :

société

Lorsque l’on demande à nos consommateurs si Internet leur facilite les achats, la tendance va plutôt à une consommation en magasin car les réponses sont partagées avec l’avantage aux non partisans (55 %) et 45 % les partisans d’internet. Gageons ici que le consommateur a encore besoin d’une relation sensorielle avec les produits afin de valider certains de ses critères de choix. N’oublions pas que le réseau bio vend pour 80 % des produits alimentaires et que la première catégorie de ce réseau sont les fruits et légumes frais. Et il n’y a encore rien de mieux pour acheter une salade que de la voir, de la toucher, de la sentir pour se faire une idée de la fraîcheur de celle-ci.