Comment les consommateurs de notre échantillon estiment que leur pouvoir d’achat a évolué entre Octobre 2014 et Octobre 2015 ?

pouvoir d'achat

Entre Octobre 2014 et 2015, un tout petit peu plus de la moitié des sondés (51 %) estiment avoir noté une baisse de pouvoir d’achat. 51,4 % de l’échantillon global exactement. 41,4 % estiment que leur pouvoir d’achat est stable et seulement 7,2 % estiment qu’il a augmenté. Les 21/30 ans sont la catégorie d’âge qui selon eux a été la moins impactée. (45,3 % Vs 51,4 % pour la globalité des répondants). En terme de stabilité, ce sont les 41/50 ans qui disposent du pouvoir d’achat le plus stable avec 46,7 %. Les consommateurs habitant en zone rurale semblent avoir été les plus impactés en terme de pouvoir d’achat. Ils estiment à 56,5 % que leur pouvoir d’achat a subit une évolution à la baisse au cours de la dernière année qui vient de s’écouler. Pour les habitants de grande ville ou de région parisienne, l’année passée a plutôt été indolore en terme de pouvoir d’achat à 48,1 et 46,3 %.

Êtes-vous prêt à payer plus pour des produits vous facilitant la vie ?

magasin 2De manière générale le consommateur bio n’est pas prêt à payer plus chère même pour un produit qui lui facilite la vie. 54 % des consommateurs ayant répondu déclarent ne pas être prêt à payer plus chère pour ce type de produit. Les réponses sont plus nuancées à mesure que le consommateur devient plus vieux. Pour les consommateurs bio âgés de 50 à plus de 65 ans l’équilibre entre ceux qui payeraient plus passe à 51 % en faveur des consommateurs prêt à payer. L’âge est donc le facteur favorable à l’innovation de manière générale. Tout comme l’âge, le lieu de vie est également plus favorable à des produits plus techniques puisque les consommateurs bio habitant dans des villes de 20000 à 1000000
habitants se disent plus favorables à payer pour ce type de produit à hauteur de 55 %. Et l’équilibre est presque parfait entre partisans et opposants à ce type de produits dans les villes de 100000 habitants et plus. En conclusion, l’âge et la situation géographique du consommateur peuvent faire évoluer les besoins des consommateurs.

Dépassement ou non du budget fixé :

no budget

À l’affirmation quand je fais les courses, je ne dépasse jamais le budget que je me suis fixé : pas du tout d’accord, plutôt pas d’accord, plutôt d’accord et tout à fait d’accord,  la balance penche plutôt du côté des personnes qui ne dépassent pas le budget fixé (60 % de « tout à fait d’accord » et « plutôt d’accord ») et ce malgré les efforts du point de vente dont l’objectif est de développer le panier moyen du consommateur en lui proposant à la vente des produits qu’il n’avait pas inscrit sur sa liste de courses. Les réponses à cette question sont plutôt cohérentes lorsqu’on les rapproche des résultats de la question  « est ce que vous vous fixez un budget avant de faire vos courses », 47 % répondaient ne pas se fixer de budget et par conséquent 53 % s’en fixaient un.

Comment s’est comportée la consommation de nos consommateurs bio en 2015 ?

budget

Quand on interroge les consommateurs de notre échantillon à propos de leur consommation de produit bio sur la dernière année écoulée, ils nous répondent qu’elle s’est plutôt bien comportée. Leur consommation a été en augmentation pour 43 % d’entre eux et stable pour 54 %. Seul 2 % l’estiment en baisse. Toutes les tranches d’âges suivent cette tendance. À noter les habitants de communes de 2000 à 20000 habs estiment même pour 49 % d’entre eux une augmentation de leur consommation cette année. Ce chiffre est à rapprocher des bonnes performances économiques du réseau biologique dont le développement encore cette année se traduit par un taux de croissance à deux chiffres. En commune rurale, l’augmentation de la consommation va même jusqu’à 47 % et 49 % pour les villes de 20000 à 100000 habitants.

Budget : On reste ouvert…

no budget

Les personnes ayant répondus à cette enquête ne se fixent pas de budget pour faire leurs courses.
Cette information est plutôt une surprise quand on sait que le prix est en quatrième position du classement des critères d’achat du consommateur bio.

Et plus on vieillit moins on se fixe de budget. De 19 % pour les 15/24 ans à 69 % pour les 65 ans et plus. La situation financière allant en s’améliorant au fil de la vie, les personnes ressentent peut être de moins en moins le besoin de se fixer un budget car elles disposent peut-être de plus en plus de largesses budgétaires.

Et il en est de même pour le lieu de résidence, mise à part en zone rurale (54 %), plus le nombre d’habitants est élevé dans l’agglomération, moins on ressent le besoin de se fixer un budget pour faire ses courses.